Recrutement d’un Consultant pour la capitalisation du programme ARC et l’élaboration d’un document stratégique d’intervention Septembre 2019

Recrutement d’un Consultant pour la capitalisation du programme ARC et l’élaboration d’un document stratégique d’intervention Septembre 2019

3 octobre, 2019

Spread the love

Recrutement d’un Consultant pour la capitalisation du programme ARC et l’élaboration d’un document stratégique d’intervention     Septembre 2019

1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION

L’insécurité alimentaire et nutritionnelle au Mali, pendant ces dernières années, a été exacerbée par une combinaison de facteurs multiples tels que l’insécurité, les chocs économiques, les chocs environnementaux et climatiques (sècheresses, inondations, invasions acridiennes etc.).

La fréquence de ces chocs affectant principalement les populations du Nord et du centre du pays a détérioré progressivement les moyens d’existence des populations maliennes, et ainsi augmenté de manière significative leur niveau de vulnérabilité à l’insécurité alimentaire et par ricochet, a amenuisé fortement leurs capacités de résilience.

Les conflits (internes et externes), de plus en plus fréquents, ont un impact négatif et viennent détériorer des situations déjà alarmantes. La conséquence immédiate qui en résulte est le déplacement de plus en plus important des populations et le départ des institutions et des administrations et la fermeture de nombreux services étatiques. Cela s’est traduit pour les agriculteurs par un accès réduit aux magasins d’intrants et aux champs, et pour les éleveurs, par des perturbations sur la transhumance

Le programme ARC (Alliance pour la Résilience Communautaire) est la suite des précédentes interventions (Cadre Commun des Filets Sociaux) et s’inscrit, depuis 2017, dans une logique d’interventions intégrées visant à renforcer la résilience des communautés et à améliorer la gouvernance.

ARC est un programme sur 3 ans qui réunit 7 ONG internationales (HI, SI, ACF, IRC, DRC, NRC, ACTED) intervenant au Nord et au Centre du Mali notamment dans les régions de Gao, Ménaka, Tombouctou et Mopti. ARC s’appuie sur le modèle de progression : une approche multisectorielle intégrée et inclusive de réduction de l’extrême pauvreté rurale en favorisant la transition entre la phase d’urgence et le développement durable des moyens d’existence. Parallèlement, le programme vise à renforcer les capacités institutionnelles étatiques. L’intervention est mise en œuvre dans le respect de la maitrise d’ouvrage des communes et s’articule autour des 4 piliers :

  • Pilier 1Sécurisation des moyens d’existence des populations vulnérables par la mise en place d’un socle de protection sociale et un accès amélioré aux services de santé à travers un soutien immédiat aux ménages les plus vulnérables. Cela se fait à travers des transferts monétaires (TM) saisonniers inconditionnels qui leur permettront de couvrir leurs besoins essentiels nutritionnels et d’améliorer leur accès à une alimentation en quantité et qualité suffisante. De façon transversale, l’accès des bénéficiaires à l’assistance financière, aux services de base et à leurs droits fondamentaux sera sécurisé à travers l’amélioration de l’accès à la documentation civile des ménages les plus vulnérables et l’accompagnement à la sécurisation de leurs droits fonciers ;
  • Pilier 2Amélioration de la nutrition des ménages à travers un meilleur suivi nutritionnel et un soutien aux activités de prévention de la sous-nutrition dans les zones d’intervention. Ces appuis concernent les sensibilisations sur la prévention de la sous-nutrition, l’appui à l’amélioration des connaissances, attitudes et pratiques nutritionnelles optimales au sein des ménages vulnérables, l’appui aux activités de dépistage de la malnutrition pour les enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes et allaitantes ;
  • Pilier 3Renforcement de la productivité agricole, des revenus et de l’accès aux aliments des ménages et des communautés les plus vulnérables à travers la mise en œuvre d’activités de relance agropastorale et économique au niveau ménage, la mise en œuvre de projets économiques communautaires ;
  • Pilier 4Consolidation de la gouvernance en matière de sécurité alimentaire et nutritionnelle à travers les transferts de compétences auprès des DRDSES (Tombouctou, Ménaka et Gao) et appui à la transition vers le Registre Social Unifié (RSU), la mitigation des risques de conflits fonciers et de gestion de ressources naturelles, la redynamisation des structures régionales et locales afin d’améliorer les mécanismes de prévention et de coordination communautaires d’atténuation des risques liés à l’insécurité alimentaire, le développement des actions de plaidoyer pour favoriser la mise en œuvre des politiques de Protection Sociale, de Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle.

A huit mois de la fin du programme, ARC souhaite mettre en place un processus de capitalisation à travers une démarche participative et inclusive. C’est dans ce cadre que le consortium sollicite l’expertise d’un consultant externe ayant une expérience confirmée.

2. OBJECTIFS DE LA CAPITALISATION

L’objectif général de la présente capitalisation est de documenter les bonnes pratiques et leçons apprises du programme « Accroître la résilience à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle des populations vulnérables dans les régions du Nord du Mali (Gao, Kidal, Ménaka, Mopti, Taoudéni et Tombouctou) »

Les objectifs spécifiques sont les suivants :

  1. Identifier les facteurs de réussite et d’échec ainsi que les bonnes pratiques des principales activités (transferts monétaires, documentation civile, mesures d’accompagnement, projets communautaires, nutrition, RRC, gouvernance) et de manière plus large de l’approche Graduation Model – « modèle de progression » ;
  2. Identifier et valoriser les savoir-faire innovants qui permettent de mettre en œuvre un projet de résilience dans un contexte volatile
  3. Fournir des outils permettant la reproduction des bonnes pratiques pour l’inclusion dans d’autres contextes africains voire mondiaux.

3. RESULTATS ATTENDUS

Les principaux résultats attendus à l’issue de ce travail sont :

Les résultats attendus découlent des objectifs assignés à la mission de la recherche bibliographique ainsi que du bon déroulement de l’atelier de capitalisation qui sera organisé et animé par le consultant. De façon concrète, les résultats ci-après devront être disponibles :

  • Un atelier de capitalisation est organisé par le consultant, permettant d’aboutir à un document de capitalisation et des leçons apprises (finalisé après l’atelier) ;;
  • Un guide pratique sur le processus de mise en œuvre du programme ARC est produit sur base d’analyses de l’ensemble des documents exploités, y compris le document de capitalisation cité précédemment qui constitue les résultats de l’atelier. Un exemple de plan type du guide sera fourni par la Direction 3i de HI.
  • Une proposition de stratégie et d’axes d’intervention (une dizaine de pages) est élaborée en vue de la mise en œuvre d’un programme axé sur la résilience dans les mêmes conditions similaires au présent. Une analyse des opportunités de financement possibles et des bailleurs associés est également attendue.

4. METHODOLOGIE

Le consultant proposera une méthodologie de travail à même d’aboutir aux résultats escomptés. Celle-ci doit prendre en compte :

  • Une revue documentaire au sein du programme ARC et auprès des acteurs nationaux intervenant sur la thématique de la résilience ou de la protection sociale ;
  • Entretiens avec les principaux acteurs du programme (ONG et partenaires institutionnels, y compris les agents de terrain)
  • L’animation d’atelier de travail avec toutes les parties prenantes du programme ainsi qu’un atelier de restitution des résultats. La méthodologie d’animation doit être détaillée dans la proposition ;

Toujours dans le respect de l’autonomie du consultant nous pouvons résumer les étapes de la consultance en cinq phases :

  1. Prendre connaissance des documents fournis la coordination du programme ARC, des ONG associées, des bailleurs de fonds et des autres partenaires prenantes (Cluster SA, cluster Nutrition, cluster TM, URD, IRD, etc.) (rapports d’activités, rapports d’évaluation, rapports de capitalisation, rapports d’études, rapport enquête de satisfaction, etc.) pouvant contribuer à la capitalisation du projet ARC, pour en effectuer une analyse qui nourrira le document final de capitalisation. Le consultant doit tenir compte du fait que l’ARC est une continuation naturelle des interventions de l’État malien auprès des filets sociaux et entretient des relations avec Jigisemejiri.
  2. Conduire des entretiens individuels sur le terrain et à Bamako avec des personnes clés parmi les partenaires pour clarifier toute question suite à l’analyse documentaire et pour affiner le programme de l’atelier de capitalisation.
  3. Organiser et faire l’animation d’un atelier de capitalisation. Le personnel de terrain des 7 ONG, les coordinateurs techniques et financiers participeront à l’atelier. Le consultant proposera une méthodologie d’animation de l’atelier en vue de produire les meilleurs résultats. Les bailleurs de fonds, les partenaires du méta-consortium KEY, les autorités impliquées, les services techniques notamment les DRDSES, etc. seront également invités.

Cet atelier devra permettre de répondre aux questions suivantes :

  • Qu’est-ce qui marché et pourquoi ?
  • Qu’est-ce qui a moins marché et pourquoi ?
  • Qu’aurions-nous dû faire autrement ?
  1. Réunir les expériences acquises par ARC lors de la mise en œuvre du projet, les bonnes pratiques et les résultats obtenus à travers un document de capitalisation (collection publication institutionnelle HI « Retour d’expérience »).
  2. Produire un guide méthodologique (collection publication institutionnelle HI) en vue de la mise en œuvre d’un programme similaire dans d’autres zones d’une part, et un document qui devra proposer des axes d’intervention : et une proposition de stratégie pour la promotion d’un nouveau financement ARC 2.
  1. Diffuser les premières versions des 3 documents attendus au Comité Technique et au Comité Exécutif du consortium pour leurs retours. Consolider les retours des membres du consortium et valider les documents finaux.

5. FORMAT DES RAPPORTS 

Tous les documents à produire par le consultant sont rédigés en langue française. Les documents à déposer sont en formats papier et électronique en Word selon le modèle qui sera partagé par HI.

6. DUREE DE LA CONSULTANCE

La durée prévue de la prestation est de 30 jours ouvrable de travail effectif, y compris la présence à Bamako et sur le terrain, s’étalant sur 4 mois environ entre Novembre 2019 et Février 2020. La présence au Mali est obligatoire dans la première phase (Recherche et Atelier), et à la fin pour finalisation et validation.  Dans tous le cas le consultant proposera dans son offre un planning détaillé de la mission.

7. PROFIL DU CONSULTANT 

Le consultant doit :

  • Être titulaire d’un diplôme de troisième cycle : universitaire, ingénieur ou équivalent ;
  • Avoir au minimum 10 années d’expérience professionnelle dans le domaine de la sécurité alimentaire et nutritionnelle et du développement rural ;
  • Avoir une bonne connaissance du cadre d’analyse de la résilience ;
  • Avoir une grande capacité de rédaction de rapports, notes méthodologiques, bonne connaissance du contexte du Mali ou du Sahel ;
  • Avoir des aptitudes à communiquer, à conduire des réunions et à animer des ateliers et séminaires de capitalisation ;
  • Être capable de travailler sous pression ;
  • Avoir une connaissance parfaite du français (oral et écrit) et des aptitudes à travailler en anglais.

8. COMPOSITION DU DOSSIER DE CANDIDATURE 

Le dossier devra être composé par :

  • Une lettre de motivation y compris une proposition financière détaillée du coût de la mission (3 pages maximum avec la police Arial 10)
  • Un curriculum vitae faisant ressortir la qualification et l’expérience professionnelle du consultant ainsi que les références (trois (03) personnes pouvant attester de la compétence du candidat) ;
  • Une proposition technique intégrant une note de compréhension du consultant des termes de référence de la mission (3 pages au maximum), une approche méthodologique sur la manière dont le consultant envisage d’effectuer le travail, y compris un planning).

9. SOUMISSION DU DOSSIER DE CANDIDATURE 

Le dossier de candidature doit parvenir par voie électronique aux adresses suivantes : Secrétariat-Bamako <secretariat-bamako@mali.hi.org>Appel Offre <appel-offre@mali.hi.org> au plus tard le 25 octobre 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *